Soutenez le PS

Adhérez au PS

Université d’été du PS, La Rochelle (29-31.08.2014)

L’université d’été du Parti Socialiste à La Rochelle s’est achevée hier, mettant ainsi fin à une semaine incroyable de densité politique.

L’université d’été a été ouverte par l’annonce du premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis du lancement des états généraux du parti socialiste. On nous les avait annoncé, ils auront donc débuté avec cette édition 2014 de l’université d’été.

Les militants, sections et fédérations auront cent jours de débat et de discussion pour redéfinir la nouvelle carte d’identité du parti socialiste, déclinée en douze thèmes.

Un exercice d’introspection qui se veut participatif, auquel chacun peut apporter sa contribution et dont la force repose sur l’intelligence collective et l’échange militant que nous y investirons.

Nombre de militant-e-s et de sensibilités voulaient l’organisation d’un congrès, maintenant et tout de suite, surtout pour permettre à l’échange et à la construction politique d’investir le terrain militant et de s’incarner dans des positions claires, fortes, transparentes et en accord avec notre exigence de démocratie interne. En ce sens, les états généraux s’inscrivent dans un processus utile et déconnecté des enjeux internes de pouvoir et de personnes, dont on ne peut que se féliciter.

Outre cette annonce des premiers éléments de calendrier qui vont structurer cette fin d’année, ce grand rassemblement aura été pour nous surtout l’occasion d’échanger et d’avancer dans notre parcours militant.

Retrouver nos camarades et amis du Val-de-Marne, de la fédération des Français de l’Étranger (FFE) et d’ailleurs, rencontrés au hasard d’un déjeuner militant, sur le parvis de l’Espace Encan ou au cours d’un atelier a été un plaisir. Un plaisir surtout de constater que loin des clichés de tension extrême relayés par les médias, la même convivialité, la même solidarité et le même respect dans l’échange y régnaient.

Près d’une trentaine de militants FFE étaient présents à la Rochelle, ce qui montre la vitalité de notre fédération.

Un atelier sur le thème de la mobilité internationale y était d’ailleurs animé par Boris Faure, Hélène Conway, Corinne Narassiguin et Pouria Amirshahi, auxquels Thomas Thévenoud, notre nouveau secrétaire d’état en charge des Francais établis hors de France s’est joint en fin de réunion.

Samedi soir, un dîner nous a tous rassemblés dans une ambiance conviviale au restaurant « La marée ».

Au contact des réalités et des interrogations de nos camarades de métropole, nous avons pu nous rendre compte des dynamiques qui animent le parti. Des dynamiques positives, car les discours des uns et des autres ont participé à clarifier des éléments de langage, sinon à les mettre en accord avec nos convictions, ancrées à gauche et notre détermination à être avec nos modestes ressources les artisans de la transformation.

Aussi, lorsque Jean-Christophe Cambadélis annonce en salle plénière après un long discours que « Mes amis, mes camarades, nous sommes des socialistes, à la pratique social-démocrate. D’une gauche de gauche. À la française. Profondément républicain, clairement décentralisateur, foncièrement modernisateur. Voilà notre socle commun. », c’est un effort de synthèse et de rassemblement salué par l’ensemble des militants présents. Il faut le souligner, car tous n’ont pas reçu le même accueil.

Ne nous y trompons pas, le parti socialiste n’est pas devenu un parti social libéral, et cette interview « Le social libéralisme ne fait pas partie de notre vocabulaire » de Jean Christophe Cambadélis parue dans l’édition abonnés du Monde la semaine dernière est essentielle à cet égard.

Toutes et tous les responsables des partis de gauche présents ont d’ailleurs exprimés leur besoin de construction commune et leur envie d’unité de la gauche. Certes, le ton de leur discours était franc et critique, mais il a trouvé une résonance particulière auprès des militants.

C’est pourquoi nous revenons à Hambourg avec beaucoup d’énergie et de confiance dans l’avenir.

 

NSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.